bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

- Eh! oui. Votre Majesté ne voit-elle pas que c'est son amitié qui me perd?

- Et tu aimes mieux ma haine?

- Une haine apparente, Sire. Cette haine me sauvera: tant qu'on me croira en disgrâce, on aura moins hâte
de me voir mort.

- Henriot, dit Charles, je ne sais pas ce que tu désires, je ne sais pas quel est ton but; mais si tes désirs ne
s'accomplissent point, si tu manques le but que tu te proposes, je serai bien étonné.

- Je puis donc compter sur la sévérité du roi?

- Oui.

- Alors, je suis plus tranquille... Maintenant qu'ordonne Votre Majesté?

- Rentre chez toi, Henriot. Moi, je suis souffrant, je vais voir mes chiens et me mettre au lit.

- Sire, dit Henri, Votre Majesté aurait dû faire venir un médecin; son indisposition d'aujourd'hui est
peut-être plus grave qu'elle ne pense.

- J'ai fait prévenir maître Ambroise Paré, Henriot.

- Alors, je m'éloigne plus tranquille.

- Sur mon âme, dit le roi, je crois que de toute ma famille tu es le seul qui m'aime véritablement.

- Est-ce bien votre opinion, Sire?

- Foi de gentilhomme!

- Eh bien, recommandez-moi à M. de Nancey comme un homme à qui votre colère ne donne pas un mois
à vivre: c'est le moyen que je vous aime longtemps.

- Monsieur de Nancey! cria Charles. Le capitaine des gardes entra.

- Je remets le plus grand coupable du royaume entre vos mains, continua le roi, vous m'en répondez sur
votre tête.

Et Henri, la mine consternée, sortit derrière M. de Nancey.

XXII. Actéon

Charles, resté seul, s'étonna de n'avoir pas vu paraître l'un ou l'autre de ses deux fidèles; ses deux fidèles
étaient sa nourrice Madeleine et son lévrier Actéon.

- La nourrice sera allée chanter ses psaumes chez quelque huguenot de sa connaissance, se dit-il, et
Actéon me boude encore du coup de fouet que je lui ai donné ce matin.

En effet, Charles prit une bougie et passa chez la bonne femme. La bonne femme n'était pas chez elle.
Une porte de l'appartement de Madeleine donnait, on se le rappelle, dans le cabinet des Armes. Il

s'approcha de cette porte.

Mais, dans le trajet, une de ces crises qu'il avait déjà éprouvées, et qui semblaient s'abattre sur lui tout à

< page précédente | 147 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.