bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 2

Alors il avait coupé l'air en croix avec son chapeau, ce qui était le signal convenu pour dire que tout était
perdu.

À ce signal le roi avait rebroussé chemin et avait disparu.

Aussitôt de Mouy, enfonçant les deux larges molettes de ses éperons dans le ventre de son cheval, avait
pris la fuite, et tout en fuyant avait jeté les paroles d'avertissement que nous avons dites, à La Mole et à

Coconnas.

Or, le roi, qui s'était aperçu de la disparition de Henri et de Marguerite, arrivait escorté de M. d'Alençon,
pour les voir sortir tous deux de la hutte où il avait dit de renfermer tout ce qui se trouverait non

seulement dans le pavillon, mais encore dans la forêt.

D'Alençon, plein de confiance, galopait près du roi, dont les douleurs aiguës augmentaient la mauvaise
humeur. Deux ou trois fois il avait failli s'évanouir, et une fois il avait vomi jusqu'au sang.

- Allons! allons! dit le roi en arrivant, dépêchons-nous, j'ai hâte de rentrer au Louvre: tirez-moi tous ces
parpaillots du terrier, c'est aujourd'hui saint Blaise, cousin de saint Barthélemy.

À ces paroles du roi, toute cette fourmilière de piques et d'arquebuses se mit en mouvement, et l'on força
les huguenots, arrêtés soit dans la forêt, soit dans le pavillon, à sortir l'un après l'autre de la cabane.

Mais de roi de Navarre, de Marguerite et de De Mouy, point.

- Eh bien, dit le roi, où est Henri, où est Margot? Vous me les avez promis, d'Alençon, et corboeuf! il faut
qu'on me les trouve.

- Le roi et la reine de Navarre, dit M. de Nancey, nous ne les avons pas même aperçus, Sire.

- Mais les voilà, dit madame de Nevers. En effet, à ce moment même, à l'extrémité d'une allée qui
donnait sur la rivière, parurent Henri et Margot, tous deux calmes comme s'il ne se fût agi de rien; tous

deux le faucon au poing et amoureusement serrés avec tant d'art que leurs chevaux tout en galopant, non

moins unis qu'eux, semblaient se caresser l'un l'autre des naseaux. Ce fut alors que d'Alençon furieux fit

fouiller les environs, et que l'on trouva La Mole et Coconnas sous leur berceau de lierre. Eux aussi firent

leur entrée dans le cercle que formaient les gardes avec un fraternel enlacement. Seulement, comme ils

n'étaient point rois, ils n'avaient pu se donner si bonne contenance que Henri et Marguerite: La Mole était

trop pâle, Coconnas était trop rouge.

XXI. Les investigations

Le spectacle qui frappa les deux jeunes gens en entrant dans le cercle fut de ceux qu'on n'oublie jamais,
ne les eût-on vus qu'une seule fois en un seul instant.

Charles IX avait, comme nous l'avons dit, regardé défiler tous les gentilshommes enfermés dans la hutte
des piqueurs et extraits l'un après l'autre par ses gardes.

Lui et d'Alençon suivaient chaque mouvement d'un oeil avide, s'attendant à voir sortir le roi de Navarre à
son tour.

Leur attente avait été trompée.

Mais ce n'était point assez, il fallait savoir ce qu'ils étaient devenus.

< page précédente | 139 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.