bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 1

- Et vous, Henri, dit Catherine, sortez-vous toujours?

- Ah! oui! c'est vrai! s'écria le roi de Navarre. Ah! par ma foi! j'oubliais que le duc d'Alençon et le prince
de Condé m'attendent: ce sont ces admirables parfums qui m'enivrent et, je crois, me font perdre la

mémoire. Au revoir, madame.

- Au revoir! Demain, vous m'apprendrez des nouvelles de l'amiral, n'est ce pas?

- Je n'aurai garde d'y manquer. Eh bien, Phébé! qu'y a-t-il?

- Phébé! dit la reine mère avec impatience.

- Rappelez-la, madame, dit le Béarnais, car elle ne veut pas me laisser sortir.

La reine mère se leva, prit la petite chienne par son collier et la retint, tandis que Henri s'éloignait le
visage aussi calme et aussi riant que s'il n'eût pas senti au fond de son coeur qu'il courait danger de mort.

Derrière lui, la petite chienne lâchée par Catherine de Médicis s'élança pour le rejoindre; mais la porte
était refermée, et elle ne put que glisser son museau allongé sous la tapisserie en poussant un hurlement

lugubre et prolongé.

- Maintenant, Charlotte, dit Catherine à madame de Sauve, va chercher M. de Guise et Tavannes, qui
sont dans mon oratoire, et reviens avec eux pour tenir compagnie à la duchesse de Lorraine qui a ses

vapeurs.

VII. La nuit du 24 août 1572

Lorsque La Mole et Coconnas eurent achevé leur maigre souper, car les volailles de l'hôtellerie de la
Belle-Étoile ne flambaient que sur l'enseigne, Coconnas fit pivoter sa chaise sur un de ses quatre pieds,

étendit les jambes, appuya son coude sur la table, et dégustant un dernier verre de vin:

- Est-ce que vous allez vous coucher incontinent, monsieur de la Mole? demanda-t-il.

- Ma foi! j'en aurais grande envie, monsieur, car il est possible qu'on vienne me réveiller dans la nuit.

- Et moi aussi, dit Coconnas; mais il me semble, en ce cas, qu'au lieu de nous coucher et de faire attendre
ceux qui doivent nous envoyer chercher, nous ferions mieux de demander des cartes et de jouer. Cela fait

qu'on nous trouverait tout préparés.

- J'accepterais volontiers la proposition, monsieur; mais pour jouer je possède bien peu d'argent; à peine
si j'ai cent écus d'or dans ma valise; et encore, c'est tout mon trésor. Maintenant, c'est à moi de faire

fortune avec cela.

- Cent écus d'or! s'écria Coconnas, et vous vous plaignez! Mordi! mais moi, monsieur, je n'en ai que six.

- Allons donc, reprit La Mole, je vous ai vu tirer de votre poche une bourse qui m'a paru non seulement
fort ronde, mais on pourrait même dire quelque peu boursouflée.

- Ah! ceci, dit Coconnas, c'est pour éteindre une ancienne dette que je suis obligé de payer à un vieil ami
de mon père que je soupçonne d'être comme vous tant soit peu huguenot. Oui, il y a là cent nobles à la

rose, continua Coconnas en frappant sur sa poche; mais ces cent nobles à la rose appartiennent à maître

Mercandon; quant à mon patrimoine personnel, il se borne, comme je vous l'ai dit, à six écus.

< page précédente | 51 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.