bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 1

- Vous avez raison, Sire, répondit le jeune homme; mais moi j'ai besoin de la vôtre, car il faut que je dise
aux chefs que je l'ai reçue. Vous n'êtes point catholique, n'est-ce pas?

Henri haussa les épaules.

- Vous ne renoncez pas à la royauté de Navarre?

- Je ne renonce à aucune royauté, de Mouy; seulement, je me réserve de choisir la meilleure, c'est-à-dire
celle qui sera le plus à ma convenance et à la vôtre.

- Et si, en attendant, Votre Majesté était arrêtée, Votre Majesté promet-elle de ne rien révéler, au cas
même où l'on violerait par la torture la majesté royale?

- de Mouy, je le jure sur Dieu.

- Un mot, Sire: comment vous reverrai-je?

- Vous aurez, dès demain, une clef de ma chambre; vous y entrerez, de Mouy, autant de fois qu'il sera
nécessaire aux heures que vous voudrez. Ce sera au duc d'Alençon de répondre de votre présence au

Louvre. En attendant, remontez par le petit escalier, je vous servirai de guide. Pendant ce temps-là la

reine fera entrer ici le manteau rouge, pareil au vôtre, qui était tout à l'heure dans l'antichambre. Il ne faut

pas qu'on fasse une différence entre les deux et qu'on sache que vous êtes double, n'est-ce pas, de Mouy?

n'est-ce pas madame?

Henri prononça ces derniers mots en riant et en regardant Marguerite.

- Oui, dit-elle sans s'émouvoir; car enfin, ce M. de La Mole est au duc mon frère.

- Eh bien, tâchez de nous le gagner, madame, dit Henri avec un sérieux parfait. N'épargnez ni l'or ni les
promesses. Je mets tous mes trésors à sa disposition.

- Alors, dit Marguerite avec un de ces sourires qui n'appartiennent qu'aux femmes de Boccace, puisque
tel est votre désir, je ferai de mon mieux pour le seconder.

- Bien, bien, madame; et vous, de Mouy? retournez vers le duc et enferrez-le.

XXVI. Margarita

Pendant la conversation que nous venons de rapporter, La Mole et Coconnas montaient leur faction; La
Mole un peu chagrin, Coconnas un peu inquiet.

C'est que La Mole avait eu le temps de réfléchir et que Coconnas l'y avait merveilleusement aidé.

- Que penses-tu de tout cela, notre ami? avait demandé La Mole à Coconnas.

- Je pense, avait répondu le Piémontais, qu'il y a dans tout cela quelque intrigue de cour.

- Et, le cas échéant, es-tu disposé à jouer un rôle dans cette intrigue?

- Mon cher, répondit Coconnas, écoute bien ce que je te vais dire et tâche d'en faire ton profit. Dans
toutes ces menées princières, dans toutes ces machinations royales, nous ne pouvons et surtout nous ne

devons passer que comme des ombres: où le roi de Navarre laissera un morceau de sa plume et le duc

d'Alençon un pan de son manteau, nous laisserons notre vie, nous. La reine a un caprice pour toi, et toi

< page précédente | 203 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.