bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 1

En ce moment passa de l'autre côté du fossé, venant de la Tour du Bois, et remontant vers le moulin de la
Monnaie, un écolier le poing sur la hanche et chantant:

Pourquoi doncques, quand je veux Ou mordre tes beaux cheveux, Ou baiser ta
bouche aimée,
Ou toucher à ton beau sein, Contrefais-tu la nonnain Dedans un
cloître enfermée?

Pour qui gardes-tu tes yeux Et ton sein délicieux, Ton front, ta lèvre jumelle?
En veux-tu baiser Pluton,
Là-bas, après que Caron T'aura mise en sa nacelle?

Après ton dernier trépas, Belle, tu n'auras là-bas Qu'une bouchette blêmie; Et
quand, mort, je te verrai,
Aux ombres je n'avouerai Que jadis tu fus ma mie.

Doncques, tandis que tu vis, Change, maîtresse, d'avis, Et ne m'épargne ta
bouche; Car au jour où tu mourras, Lors tu te repentiras De m'avoir été

farouche.

Marguerite écouta cette chanson en souriant avec mélancolie; puis, lorsque la voix de l'écolier se fut
perdue dans le lointain, elle referma la fenêtre et appela Gillonne pour l'aider à se mettre au lit.

III. Un roi poète

Le lendemain et les jours qui suivirent se passèrent en fêtes, ballets et tournois.

La même fusion continuait de s'opérer entre les deux partis. C'étaient des caresses et des attendrissements
à faire perdre la tête aux plus enragés huguenots. On avait vu le père Cotton dîner et faire débauche avec

le baron de Courtaumer, le duc de Guise remonter la Seine en bateau de symphonie avec le prince de

Condé.

Le roi Charles paraissait avoir fait divorce avec sa mélancolie habituelle, et ne pouvait plus se passer de
son beau-frère Henri. Enfin la reine mère était si joyeuse et si occupée de broderies, de joyaux et de

panaches, qu'elle en perdait le sommeil.

Les huguenots, quelque peu amollis par cette Capoue nouvelle, commençaient à revêtir les pourpoints de
soie, à arborer les devises et à parader devant certains balcons comme s'ils eussent été catholiques. De

tous côtés c'était une réaction en faveur de la religion réformée, à croire que toute la cour allait se faire

protestante. L'amiral lui-même, malgré son expérience, s'y était laissé prendre comme les autres, et il en

avait la tête tellement montée, qu'un soir il avait oublié, pendant deux heures, de mâcher son cure-dent,

occupation à laquelle il se livrait d'ordinaire depuis deux heures de l'après-midi, moment où son dîner

finissait, jusqu'à huit heures du soir, moment auquel il se remettait à table pour souper.

Le soir où l'amiral s'était laissé aller à cet incroyable oubli de ses habitudes, le roi Charles IX avait invité
à goûter avec lui, en petit comité, Henri de Navarre et le duc de Guise. Puis, la collation terminée, il avait

passé avec eux dans sa chambre, et là il leur expliquait l'ingénieux mécanisme d'un piège à loups qu'il

avait inventé lui-même, lorsque, s'interrompant tout à coup:

- Monsieur l'amiral ne vient-il donc pas ce soir? demanda-t-il; qui l'a aperçu aujourd'hui et qui peut me
donner de ses nouvelles?

- Moi, dit le roi de Navarre, et au cas où Votre Majesté serait inquiète de sa santé, je pourrais la rassurer,
car je l'ai vu ce matin à six heures et ce soir à sept.

< page précédente | 19 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.