bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 1

XIX. Le logis de maître René, le parfumeur de la reine mère

À l'époque où se passe l'histoire que nous racontons à nos lecteurs, il n'existait, pour passer d'une partie
de la ville à l'autre, que cinq ponts, les uns de pierre, les autres de bois; encore ces cinq ponts

aboutissaient-ils à la Cité. C'étaient le pont des Meuniers, le Pont-au-Change, le pont Notre-Dame, le

Petit-Pont et le pont Saint-Michel.

Aux autres endroits où la circulation était nécessaire, des bacs étaient établis, et tant bien que mal
remplaçaient les ponts.

Ces cinq ponts étaient garnis de maisons, comme l'est encore aujourd'hui le Ponte-Vecchio à Florence.

Parmi ces cinq ponts, qui chacun ont leur histoire, nous nous occuperons particulièrement, pour le
moment, du pont Saint-Michel.

Le pont Saint-Michel avait été bâti en pierres en 1373: malgré son apparente solidité, un débordement de
la Seine le renversa en partie le 31 janvier 1408; en 1416, il avait été reconstruit en bois; mais pendant la

nuit du 16 décembre 1547 il avait été emporté de nouveau; vers 1550, c'est-à-dire vingt-deux ans avant

l'époque où nous sommes arrivés, on le reconstruisit en bois, et, quoiqu'on eût déjà eu besoin de le

réparer, il passait pour assez solide.

Au milieu des maisons qui bordaient la ligne du pont, faisant face au petit îlot sur lequel avaient été
brûlés les Templiers, et où pose aujourd'hui le terre-plein du Pont-Neuf, on remarquait une maison à

panneaux de bois sur laquelle un large toit s'abaissait comme la paupière d'un oeil immense. À la seule

fenêtre qui s'ouvrît au premier étage, au-dessus d'une fenêtre et d'une porte de rez-de-chaussée

hermétiquement fermée, transparaissait une lueur rougeâtre qui attirait les regards des passants sur la

façade basse, large, peinte en bleu avec de riches moulures dorées. Une espèce de frise, qui séparait le

rez-de-chaussée du premier étage, représentait une foule de diables dans des attitudes plus grotesques les

unes que les autres, et un large ruban, peint en bleu comme la façade, s'étendait entre la frise et la fenêtre

du premier, avec cette inscription:

René, Florentin, parfumeur de Sa Majesté la reine mère.

La porte de cette boutique, comme nous l'avons dit, était bien verrouillée; mais, mieux que par ses
verrous, elle était défendue des attaques nocturnes par la réputation si effrayante de son locataire que les

passants qui traversaient le pont à cet endroit le traversaient presque toujours en décrivant une courbe qui

les rejetait vers l'autre rang de maisons, comme s'ils eussent redouté que l'odeur des parfums ne suât

jusqu'à eux par la muraille.

Il y avait plus: les voisins de droite et de gauche, craignant sans doute d'être compromis par le voisinage,
avaient, depuis l'installation de maître René sur le pont Saint-Michel, déguerpi l'un et l'autre de leur logis,

de sorte que les deux maisons attenantes à la maison de René étaient demeurées désertes et fermées.

Cependant, malgré cette solitude et cet abandon, des passants attardés avaient vu jaillir, à travers les

contrevents fermés de ces maisons vides, certains rayons de lumière, et assuraient avoir entendu certains

bruits pareils à des plaintes, qui prouvaient que des êtres quelconques fréquentaient ces deux maisons;

seulement on ignorait si ces êtres appartenaient à ce monde ou à l'autre.

Il en résultait que les locataires des deux maisons attenantes aux deux maisons désertes se demandaient
de temps en temps s'il ne serait pas prudent à eux de faire à leur tour comme leurs voisins avaient fait.

< page précédente | 152 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.