bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 1

- Qui donc êtes-vous? demanda Marguerite ressentant malgré elle une certaine terreur qu'elle n'avait pas
la force de vaincre.

- Madame, répondit cet homme en s'inclinant jusqu'à terre, je suis maître Caboche, bourreau de la prévôté
de Paris, et je venais accrocher à ce gibet des compagnons pour M. l'amiral.

- Eh bien, moi, je suis la reine de Navarre, répondit Marguerite; jetez là vos cadavres, étendez dans votre
chariot les housses de nos chevaux, et ramenez doucement derrière nous ces deux gentilshommes au

Louvre.

XVII. Le confrère de maître Ambroise Paré

Le tombereau dans lequel on avait placé Coconnas et La Mole reprit la route de Paris, suivant dans
l'ombre le groupe qui lui servait de guide. Il s'arrêta au Louvre; le conducteur reçut un riche salaire. On

fit transporter les blessés chez M. le duc d'Alençon, et l'on envoya chercher maître Ambroise Paré.

Lorsqu'il arriva, ni l'un ni l'autre n'avaient encore repris connaissance.

La Mole était le moins maltraité des deux: le coup d'épée l'avait frappé au-dessous de l'aisselle droite,
mais n'avait offensé aucun organe essentiel; quant à Coconnas, il avait le poumon traversé, et le souffle

qui sortait par la blessure faisait vaciller la flamme d'une bougie.

Maître Ambroise Paré ne répondait pas de Coconnas.

Madame de Nevers était désespérée; c'était elle qui, confiante dans la force, dans l'adresse et le courage
du Piémontais, avait empêché Marguerite de s'opposer au combat. Elle eût bien fait porter Coconnas à

l'hôtel de Guise pour lui renouveler dans cette seconde occasion les soins de la première; mais d'un

moment à l'autre son mari pouvait arriver de Rome, et trouver étrange l'installation d'un intrus dans le

domicile conjugal.

Pour cacher la cause des blessures, Marguerite avait fait porter les deux jeunes gens chez son frère, où
l'un d'eux, d'ailleurs, était déjà installé, en disant que c'étaient deux gentilshommes qui s'étaient laissés

choir de cheval pendant la promenade; mais la vérité fut divulguée par l'admiration du capitaine témoin

du combat, et l'on sut bientôt à la cour que deux nouveaux raffinés venaient de naître au grand jour de la

renommée.

Soignés par le même chirurgien qui partageait ses soins entre eux, les deux blessés parcoururent les
différentes phases de convalescence qui ressortaient du plus ou du moins de gravité de leurs blessures. La

Mole, le moins grièvement atteint des deux, reprit le premier connaissance. Quant à Coconnas, une fièvre

terrible s'était emparée de lui, et son retour à la vie fut signalé par tous les signes du plus affreux délire.

Quoique enfermé dans la même chambre que Coconnas, La Mole, en reprenant connaissance, n'avait pas
vu son compagnon, ou n'avait par aucun signe indiqué qu'il le vît. Coconnas tout au contraire, en

rouvrant les yeux, les fixa sur La Mole, et cela avec une expression qui eût pu prouver que le sang que le

Piémontais venait de perdre n'avait en rien diminué les passions de ce tempérament de feu.

Coconnas pensa qu'il rêvait, et que dans son rêve il retrouvait l'ennemi que deux fois il croyait avoir tué;
seulement le rêve se prolongeait outre mesure. Après avoir vu La Mole couché comme lui, pansé comme

lui par le chirurgien, il vit La Mole se soulever sur ce lit, où lui-même était cloué encore par la fièvre, la

faiblesse et la douleur, puis en descendre, puis marcher au bras du chirurgien, puis marcher avec une

< page précédente | 139 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.