bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - La reine Margot, 1

poignard de Milan qui brilla aussitôt à sa main comme une vipère au soleil.

- Il s'agit bien ici de fer et de cuirasse! s'écria Marguerite; allons, Sire, allons, cachez cette dague: c'est la
reine mère, c'est vrai; mais c'est la reine mère toute seule.

- Cependant...

- C'est elle, je l'entends, silence!

Et, se penchant à l'oreille de Henri, elle lui dit à voix basse quelques mots que le jeune roi écouta avec
une attention mêlée d'étonnement.

Aussitôt Henri se déroba derrière les rideaux du lit.

De son côté, Marguerite bondit avec l'agilité d'une panthère vers le cabinet où La Mole attendait en
frissonnant, l'ouvrit, chercha le jeune homme, et lui prenant, lui serrant la main dans l'obscurité:

- Silence! lui dit-elle en s'approchant si près de lui qu'il sentit son souffle tiède et embaumé couvrir son
visage d'une moite vapeur, silence!

Puis, rentrant dans sa chambre et refermant la porte, elle détacha sa coiffure, coupa avec son poignard
tous les lacets de sa robe et se jeta dans le lit.

Il était temps, la clef tournait dans la serrure. Catherine avait des passe-partout pour toutes les portes du
Louvre.

- Qui est là? s'écria Marguerite, tandis que Catherine consignait à la porte une garde de quatre
gentilshommes qui l'avait accompagnée.

Et, comme si elle eût été effrayée de cette brusque irruption dans sa chambre, Marguerite sortant de
dessous les rideaux en peignoir blanc, sauta à bas du lit, et, reconnaissant Catherine, vint, avec une

surprise trop bien imitée pour que la Florentine elle-même n'en fût pas dupe, baiser la main de sa mère.

XIV. Seconde nuit de noces

La reine mère promena son regard autour d'elle avec une merveilleuse rapidité. Des mules de velours au
pied du lit, les habits de Marguerite épars sur des chaises, ses yeux qu'elle frottait pour en chasser le

sommeil, convainquirent Catherine qu'elle avait réveillé sa fille.

Alors elle sourit comme une femme qui a réussi dans ses projets, et tirant son fauteuil:

- Asseyons-nous, Marguerite, dit-elle, et causons.

- Madame, je vous écoute.

- Il est temps, dit Catherine en fermant les yeux avec cette lenteur particulière aux gens qui réfléchissent
ou qui dissimulent profondément, il est temps, ma fille, que vous compreniez combien votre frère et moi

aspirons à vous rendre heureuse.

L'exorde était effrayant pour qui connaissait Catherine.

- Que va-t-elle me dire? pensa Marguerite.

< page précédente | 114 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.