bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Histoire d'un casse-noisette

- C'est encore vrai.

- Mon cher ami, un bonheur n'arrive jamais seul. D'ailleurs, si vous doutez encore, allons consulter les
astres.

Ils montèrent, en conséquence, sur la terrasse de la maison, et, ayant tiré l'horoscope du jeune homme, ils
virent qu'il était destiné à une grande fortune.

Cette prédiction, qui confirmait toutes les espérances de l'astrologue, fit que le mécanicien se rendit à son
avis.

- Et maintenant, dit l'astrologue triomphant, il n'y a plus que deux choses qu'il ne faut pas négliger.

- Lesquelles? demanda Élias.

- La première, c'est que vous adaptiez, à la nuque de votre neveu, une robuste tresse de bois qui se
combine si bien avec la mâchoire, qu'elle puisse en doubler la force par la pression.

- Rien de plus facile, répondit Élias, et c'est l'abc de la mécanique.

- La seconde, continua l'astrologue, c'est, en arrivant à la résidence, de cacher avec soin que nous avons
amené avec nous le jeune homme destiné à casser la noix Krakatuk; car j'ai dans l'idée que, plus il y aura

de dents cassées et de mâchoires démontées, en essayant de briser la noisette Krakatuk, plus le roi offrira

une précieuse récompense à qui réussira où tant d'autres auront échoué.

- Mon cher ami, répondit le mécanicien, vous êtes un homme plein de sens. Allons nous coucher.

Et, à ces mots, ayant quitté la terrasse et étant redescendus dans leur chambre, les deux amis se
couchèrent, et, enfonçant leurs bonnets de coton sur leurs oreilles, s'endormirent plus paisiblement qu'ils

ne l'avaient encore fait depuis quatorze ans et neuf mois.

Le lendemain, dès le matin, les deux amis descendirent chez Zacharias, et lui firent part de tous les beaux
projets qu'ils avaient formés la veille. Or, comme Zacharias ne manquait pas d'ambition, et que, dans son

amour-propre paternel, il se flattait que son fils devait être une des plus fortes mâchoires d'Allemagne, il

accepta avec enthousiasme la combinaison qui tendait à faire sortir de sa boutique non-seulement la

noisette, mais encore le casse-noisette.

Le jeune homme fut plus difficile à décider. Cette tresse qu'on devait lui appliquer à la nuque, en
remplacement de la bourse élégante qu'il portait avec tant de grâce, l'inquiétait surtout particulièrement.

Cependant l'astrologue, son oncle et son père lui firent de si belles promesses, qu'il se décida. En

conséquence, comme Élias Drosselmayer s'était mis à l'oeuvre l'instant même, la tresse fut bientôt

achevée et vissée solidement à la nuque de ce jeune homme plein d'espérance. Hâtons-nous de dire, pour

satisfaire la curiosité de nos lecteurs, que cet appareil ingénieux réussit parfaitement bien, et que, dès le

premier jour, notre habile mécanicien obtint les plus brillants résultats sur les noyaux d'abricot les plus

durs et sur les noyaux de pêche les plus obstinés.

Ces expériences faites, l'astrologue, le mécanicien et le jeune Drosselmayer se mirent immédiatement en
route pour la résidence. Zacharias eût bien voulu les accompagner; mais, comme il fallait quelqu'un pour

garder sa boutique, cet excellent père se sacrifia et demeura à Nuremberg.

Fin de l'histoire de la princesse Pirlipate.

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.