bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Histoire d'un casse-noisette

- Parole d'honneur.

Au même instant, je sentis les mille fils qui me retenaient se détendre; chacun avait mis la main à
l'oeuvre de ma délivrance, et, au bout d'une demi-minute, j'étais rendu à liberté.

Or, comme il faut tenir sa parole, même quand elle est donnée des enfants, j'invitai mes auditeurs à
s'asseoir commodément, afin qu'ils pussent passer sans douleur de l'audition au sommeil, et, quand

chacun eut pris sa place, je commençai ainsi:

HISTOIRE D'UN CASSE-NOISETTE

Le parrain Drosselmayer

Il y avait une fois, dans la ville de Nuremberg, un président fort considéré qu'on appelait M. le président
Silberhaus, ce qui veut dire maison d'argent.

Ce président avait un fils et une fille.

Le fils, âgé de neuf ans, s'appelait Fritz.

La fille, âgée de sept ans et demi, s'appelait Marie.

C'étaient deux jolis enfants, mais si différents de caractère et de visage, qu'on n'eût jamais cru que
c'étaient le frère et la soeur.

Fritz était un bon gros garçon, joufflu, rodomont, espiègle, frappant du pied à la moindre contrariété,
convaincu que toutes les choses de ce monde étaient créées pour servir à son amusement ou subir son

caprice, et demeurant dans cette conviction jusqu'au moment où le docteur, impatienté de ses cris et de

ses pleurs, ou de ses trépignements, sortait de son cabinet, et, levant l'index de la main droite à la hauteur

de son sourcil froncé, disait ces seules paroles:

- Monsieur Fritz!...

Alors Fritz se sentait pris d'une énorme envie de rentrer sous terre.

Quant à sa mère, il va sans dire qu'à quelque hauteur qu'elle levât le doigt ou même la main, Fritz n'y
faisait aucune attention.

Sa soeur Marie, tout au contraire, était une frêle et pâle enfant, aux longs cheveux bouclés naturellement
et tombant sur ses petites épaules blanches, comme une gerbe d'or mobile et rayonnante sur un vase

d'albâtre. Elle était modeste, douce, affable, miséricordieuse à toutes les douleurs, même à celles de ses

poupées; obéissante au premier signe de madame la présidente, et ne donnant jamais un démenti même à

sa gouvernante, mademoiselle Trudchen; ce qui fait que Marie était adorée de tout le monde.

Or, le 24 décembre de l'année 17... était arrivé. Vous n'ignorez pas, mes petits amis, que le 24 décembre
est la veille de la Noël, c'est-à-dire du jour où l'enfant Jésus est né dans une crèche, entre un âne et un

boeuf. Maintenant, je vais vous expliquer une chose.

Les plus ignorants d'entre vous ont entendu dire que chaque pays a ses habitudes, n'est-ce pas? et les plus
instruits savent sans doute déjà que Nuremberg est une ville d'Allemagne fort renommée pour ses

joujoux, ses poupées et ses polichinelles, dont elle envoie de pleines caisses dans tous les autres pays du

monde; ce qui fait que les enfants de Nuremberg doivent être les plus heureux enfants de la terre, à moins

< page précédente | 4 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.