bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Histoire d'un casse-noisette

Mais la reine, de son côté, vint s'agenouiller prés de Drosselmayer, et fit observer à son auguste époux
qu'en tranchant la tête au mécanicien, on perdait jusqu'à cette lueur d'espoir que l'on conservait en le

laissant vivre; que toutes les probabilités étaient que celui qui avait trouvé l'horoscope trouverait la

noisette et le casse-noisette; qu'on devait d'autant plus croire à cette nouvelle prédiction de l'astrologue,

qu'aucune de ses prédictions ne s'était réalisée jusque-là, et qu'il fallait bien que ses prédictions se

réalisassent un jour, puisque le roi, qui ne pouvait se tromper, l'avait nommé son grand augure; qu'enfin

la princesse Pirlipate, ayant trois mois peine, n'était point en âge d'être mariée, et ne le serait

probablement qu'à l'âge de quinze ans, que, par conséquent, maître Drosselmayer et son ami l'astrologue

avaient quatorze ans et neuf mois devant eux pour chercher la noisette Krakatuk et le jeune homme qui

devait la casser; que, par conséquent encore, on pouvait accorder à Christian-Élias Drosselmayer un

délai, au bout duquel il reviendrait se remettre entre les mains du roi, qu'il fût ou non possesseur du

double remède qui devait guérir la princesse: dans le premier cas, pour être décapité sans miséricorde;

dans le second, pour être récompensé généreusement.

Le roi, qui était un homme très-juste, et qui, ce jour-l surtout, avait parfaitement dîné de ses deux mets
favoris, c'est-à-dire d'un plat de boudin et d'une purée de foie, prêta une oreille bienveillante à la prière de

sa sensible et magnanime épouse, il décida donc qu'à l'instant même le mécanicien et l'astrologue se

mettraient à la recherche de sa noisette et du casse-noisette, recherche pour laquelle il leur accordait

quatorze ans et neuf mois; mais cela, à la condition qu' l'expiration de ce sursis, tous deux reviendraient

se remettre en son pouvoir, pour, s'ils revenaient les mains vides, qu'il fût fait d'eux selon son bon plaisir

royal.

Si, au contraire, ils rapportaient la noisette Krakatuk, qui devait rendre à la princesse Pirlipate sa beauté
primitive, ils recevraient, l'astrologue, une pension viagère de mille thalers et une lunette d'honneur, et le

mécanicien, une épée de diamants, l'ordre de l'Araignée d'or, qui était le grand ordre de l'État, et une

redingote neuve.

Quant au jeune homme qui devait casser la noisette, le roi en était moins inquiet, et prétendait qu'on
parviendrait toujours se le procurer au moyen d'insertions réitérées dans les gazettes indigènes et

étrangères.

Touché de cette magnanimité, qui diminuait de moitié la difficulté de sa tâche, Christian-Élias
Drosselmayer engagea sa parole qu'il trouverait la noisette Krakatuk, ou qu'il reviendrait, comme un

autre Régulus, se remettre entre les mains du roi.

Le soir même, le mécanicien et l'astrologue quittèrent la capitale du royaume pour commencer leurs
recherches.

Comment le mécanicien et l'astrologue parcoururent les quatre parties du monde et en découvrirent
une cinquième, sans trouver la noisette Krakatuk.

Il y avait déjà quatorze ans et cinq mois que l'astrologue et le mécanicien erraient par les chemins, sans
qu'ils eussent rencontré vestige de ce qu'ils cherchaient. Ils avaient visit d'abord l'Europe, puis ensuite

l'Amérique, puis ensuite l'Afrique, puis ensuite l'Asie; ils avaient même découvert une cinquième partie

du monde, que les savants ont appelée depuis la Nouvelle-Hollande, parce qu'elle avait été découverte

par deux Allemands; mais, dans toute cette pérégrination, quoiqu'ils eussent vu bien des noisettes de

différentes formes et de différentes grosseurs, ils n'avaient pas rencontré la noisette Krakatuk. Ils avaient

cependant, dans une espérance, hélas! infructueuse, passé des années à la cour du roi des dattes et du

< page précédente | 34 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.