bibliotheq.net - littérature française
 

Alexandre Dumas père - Histoire d'un casse-noisette

et sous les fauteuils; d'o elles commençaient à sortir.

De son côté, casse-noisette, loin d'être effrayé par le sifflement, parut redoubler de courage.

- Ah! misérable roi des souris, s'écria-t-il; c'est donc toi; tu acceptes enfin le combat que je t'offre depuis
si longtemps. Viens donc; et que cette nuit décide de nous deux. Et vous, mes bons amis, mes

compagnons, mes frères, s'il est vrai que nous nous sommes liés de quelque tendresse dans la boutique de

Zacharias, soutenez-moi dans ce rude combat. Allons, en avant! et qui m'aime me suive!

Jamais proclamation ne fit un effet pareil: deux arlequins, un pierrot, deux polichinelles et trois pantins
s'écrièrent à haute voix:

- Oui, seigneur, comptez sur nous, à la vie, à la mort! Nous vaincrons sous vos ordres, ou nous périrons
avec vous.

A ces paroles, qui lui prouvaient qu'il y avait de l'écho dans le coeur de ses amis, casse-noisette se sentit
tellement électrisé, qu'il tira son sabre, et, sans calculer la hauteur effrayante o il se trouvait, il s'élança du

deuxième rayon. Marie, en voyant ce saut périlleux, jeta un cri, car casse-noisette ne pouvait manquer de

se briser; lorsque mademoiselle Claire, qui était dans le rayon inférieur, s'élança de son sofa, et reçut

casse-noisette entre ses bras.

- Ah! chère et bonne petite Claire, s'écria Marie en joignant ses deux mains avec attendrissement, comme
je t'ai méconnue!

Mais mademoiselle Claire, tout entière à la situation, disait au casse-noisette:

- Comment, blessé et souffrant déjà comme vous l'êtes, Monseigneur, vous risquez-vous dans de
nouveaux dangers? Contentez-vous de commander; laissez les antres combattre. Votre courage est

connu, et ne peut rien gagner à fournir de nouvelles preuves.

Et, en disant ces paroles, mademoiselle Claire essayait de retenir le valeureux casse-noisette en le
pressant contre son corsage de satin; mais celui-ci se mit à gigotter et à gambiller de telle sorte, que

mademoiselle Claire fut forcée de le laisser échapper; il glissa donc de ses bras, et, tombant sur ses pieds

avec une grâce parfaite, il mit un genou en terre, et lui dit:

- Princesse, soyez sûre que, quoique vous ayez à une certaine époque été injuste envers moi, je me
souviendrai toujours de vous, même au milieu de la bataille.

Alors mademoiselle Claire se pencha le plus qu'elle put, et, le saisissant par son petit bras, elle le força de
se relever; puis, détachant avec vivacité sa ceinture tout étincelante de paillettes, elle en fit une écharpe

qu'elle voulut passer au cou du jeune héros; mais celui-ci recula de deux pas, et, tout en s'inclinant en

témoignage de sa reconnaissance pour une si grande faveur, il détacha le petit ruban blanc avec lequel

Marie l'avait pansé, le porta à ses lèvres, et, s'en étant ceint le corps, léger et agile comme un oiseau, il

sauta en brandissant son petit sabre du rayon où il était sur le plancher. Aussitôt les couics et les

piaulements recommencèrent plus féroces que jamais, et le roi des souris, comme pour répondre au défi

de casse-noisette, sortit de dessous la grande table du milieu avec son corps d'armée, tandis qu'à droite et

à gauche, les deux ailes commençaient à déborder les fauteuils où elles s'étaient retranchées.

La bataille

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.