bibliotheq.net - littérature française
 

Albert Le Roy - George Sand et ses amis

enfant du siècle nous aide à comprendre. George Sand avait spontanément confessé son inclination
croissante, son amour pour Pagello. Musset voulut être héroïque. Non seulement il refusa d'entraver cette

tendresse, mais il y donna son consentement et comme sa bénédiction. Dans une nuit d'extase, il unit

leurs mains en s'écriant: «Vous vous aimez, et vous m'aimez pourtant; vous m'avez sauvé, âme et corps.»

Et ils s'aimèrent, effectivement, plus qu'à la manière mystique, en Alfred de Musset, leur enfant

d'adoption. Pagello célèbre avec elle il nostro amore per Alfredo. Il y eut là une triple déviation

du sens moral.

Ces émotions, toutefois, et la surexcitation qui en résultait étaient funestes à la convalescence d'Alfred de
Musset. Il fallait qu'il s'éloignât. Son immolation n'avait pas supprimé son amour. Le 29 mars, il fit viser

son passeport. George Sand avait vainement essayé de le retenir; car il courait la ville, échappant à la

surveillance de son gondolier pour entrer dans les tavernes. Il avait quitté le domicile commun, sans

doute afin de se soustraire au spectacle du bonheur de Pagello, et il écrivait à George Sand, au moment

du départ: «Adieu, mon enfant, je pense que tu resteras ici et que tu m'enverras l'argent par Antonio[9].

Quelle que soit ta haine ou ton indifférence pour moi, si le baiser d'adieu que je t'ai donné aujourd'hui est

le dernier de ma vie, il faut que tu saches qu'au premier pas que j'ai fait dehors avec la pensée que je

t'avais perdue pour toujours, j'ai senti que j'avais mérité de te perdre, et que rien n'est trop dur. Mais s'il

t'importe peu de savoir si ton souvenir me reste ou non, il m'importe à moi aujourd'hui que ton spectre

s'efface déjà et s'éloigne devant moi, de te dire que rien d'impur ne restera dans le sillon de ma vie où tu

as passé, et que celui qui n'a pas su t'honorer quand il te possédait peut encore y voir clair à travers ses

larmes, et t'honorer dans son coeur, où ton image ne mourra jamais. Adieu, mon enfant.»

[Note 9: Un jeune perruquier qui accompagna Musset à Paris.]

Sur le verso de cette lettre apportée par un gondolier, George Sand écrivit au crayon la réponse suivante:

«_Al signor A. de Musset.

«Non, ne pars pas comme ça! Tu n'es pas assez guéri, et Buloz ne m'a pas encore envoyé l'argent qu'il
faudrait pour le voyage d'Antonio. Je ne veux pas que tu partes seul. Pourquoi se quereller, mon Dieu?

Ne suis je pas toujours le frère George, l'ami d'autrefois?»

Alfred de Musset s'obstina à partir. Il avait annoncé à sa mère son arrivée en ces termes: «Je vous
apporterai un corps malade, une âme abattue, un coeur en sang, mais qui vous aime encore.» Cependant

George Sand et Pagello, désireux de lui offrir un petit souvenir, s'étaient cotisés et lui avaient acheté un

portefeuille qu'ils ornèrent de deux dédicaces. Sur la première page il y avait: «A son bon camarade, frère

et ami, sa maîtresse, George. Venise, 28 mars 1834. «Quel étrange amalgame de mots! Et sur la page 72

et dernière était écrit: «_Pietro Pagello raccomanda M. Alfred de Musset a Pietro Pinzio, a Vicenzo

Stefanelli, à Aggiunta, ingegneri.» Le poète, ainsi lesté de recommandations, avait son congé et sa lettre

de voyage. Il s'éloigna avec Antonio, accompagné jusqu'à Mestre par George Sand qui prétend qu'au

retour elle voyait tous les objets, particulièrement les ponts, à l'envers. Encore qu'elle ne l'avoue pas, elle

ressentait comme une impression de soulagement, de délivrance. Loin de ses enfants, séparée d'Alfred de

Musset, elle va pouvoir travailler et aimer. Auprès de ce Pagello qui lui donne la quiétude au sortir des

grands orages de la passion romantique, elle écrira abondamment pour la Revue des Deux

Mondes
, et composera, en recueillant et distillant ses émotions, ce chef-d'oeuvre de description et
d'analyse, les Lettres d'un Voyageur.

CHAPITRE XI. LES ROMANS DE VENISE

< page précédente | 83 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.