bibliotheq.net - littérature française
 

Albert Le Roy - George Sand et ses amis

infidèle en imagination, non seulement à l'homme que j'aimais, mais chaque lendemain me vit infidèle à
celui que j'avais aimé la veille.» Encore que ce soit un peu précipité, Lélia avoue ses engouements

successifs pour le musicien, le philosophe, le comédien, le poète, le peintre, le sculpteur. «J'embrassai,

s'écrie-t-elle, plusieurs fantômes à la fois.» Entendez-vous, ô Alfred de Musset, ô Chopin, ô Michel de

Bourges, et vous tous qui formez une longue théorie amoureuse derrière la Muse de Lélia?

A Sténio cependant elle ne peut offrir qu'une tendresse épurée, de platoniques embrassements, «l'amour
qu'on connaît au séjour des anges, là où les âmes seules brûlent du feu des saints désirs.» Et le jeune

homme, déçu dans ses espérances et ses convoitises, lui jette cet anathème: «Adieu, tu m'as bien instruit,

bien éclairé, je te dois la science; maudite sois-tu, Lélia!»

Elle a bu, selon le mot de Trenmor, «les larmes brûlantes des enfants dans la coupe glacée de l'orgueil;»
puis, en la solitude du couvent, elle vide son calice parmi le secret de ses nuits mélancoliques. L'homme

qu'elle pourrait aimer n'est pas né, et ne naîtra peut-être, dit-elle, que plusieurs siècles après sa mort.

Auparavant, il faut que de grandes révolutions s'accomplissent, et d'abord que le catholicisme

disparaisse; car, tant qu'il subsistera, «il n'y aura ni foi, ni culte, ni progrès chez les hommes.» Elle a

méconnu Sténio et ne commence à en avoir conscience que lorsqu'elle voit, «au bord de l'eau tranquille,

sur un tapis de lotus d'un vert tendre et velouté, dormir pâle et paisible le jeune homme aux yeux bleus.»

Alors elle assigne à celui qui n'est plus rendez-vous dans l'éternité. Lélia prenait des échéances plus

lointaines que George Sand. Celle-là n'offrait à Sténio que des attendrissements après décès. Celle-ci

accueillera moins fièrement Alfred de Musset et lui fera même escorte sur la route de Venise. La dame

de Nohant n'était pas abbesse des Camaldules.

CHAPITRE IX. ALFRED DE MUSSET ET LE VOYAGE A VENISE

Le succès de Lélia fut prodigieux. Ce roman symbolique, où se retrouve la phraséologie du
romantisme, obtint l'adhésion et emporta les éloges des critiques les plus sévères, notamment

Sainte-Beuve et Gustave Planche. Celui-ci, qui épancha dans la Revue des Deux Mondes son

admiration de classique impénitent, semble n'avoir été pour George Sand qu'un ami littéraire des plus

dévoués. Elle s'en explique, sans ambages, au cours des lettres écrites à Sainte-Beuve, en juillet et août

1833: «On le regarde comme mon amant, on se trompe. Il ne l'est pas, ne l'a pas été et ne le sera pas.» Le

pauvre Gustave Planche avait les charges de l'emploi, sans en recueillir les bénéfices. Il poussait

l'obligeance jusqu'à faire sortir et promener, les jours de congé, le jeune Maurice Dudevant, élève au

collège Henri IV. Non content de mettre sa plume au service de George Sand, il provoquait pour elle, en

combat singulier - tel un chevalier du moyen âge arborant les couleurs de sa dame - certain Capo de

Feuillide qui, dans l'Europe littéraire du 22 août 1833, avait parlé de Lélia

irrévérencieusement. Le duel eut lieu, mais l'issue n'en fut pas tragique, aucun des adversaires n'ayant été

atteint. Toutefois on assure que la balle de Gustave Planche alla, dans un pré voisin, tuer une vache que

Buloz dut payer chèrement à son propriétaire. Seul, en effet, le directeur de la Revue des Deux

Mondes
était assez cossu pour assumer une si lourde indemnité.

A ce sujet fut composée une complainte, presque aussi longue que celle de Fualdès, et intitulée:
«Complainte historique et véritable sur le fameux duel qui survint entre plusieurs hommes de plume, très

inconnus dans Paris, à l'occasion d'un livre dont il a été beaucoup parlé de différentes manières, ainsi

qu'il est relaté dans la présente complainte.» Il y a vingt-quatre couplets. Citons les trois premiers:

Monsieur Capot de Feuillide
Ayant insulté Lélia,

< page précédente | 59 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.