bibliotheq.net - littérature française
 

Albert Le Roy - George Sand et ses amis

l'hôtel de Narbonne, M. Dudevant obtint 40.000 francs. Il renonçait à Maurice et à Solange, sous
condition qu'on les lui conduisît une fois l'an et que leur mère supportât la moitié des frais de

déplacement. C'était toujours le même homme qui, dans la liquidation, réclamait, par ministère d'avoué,

quinze pots de confitures et un poêle en fer de la valeur de 1 franc 50 centimes, et qui, en 1841, revenait

à la charge pour 125 francs. A son fils, il envoyait pour étrennes six pots de confitures, à partager avec sa

soeur. Il devait aimer les confitures.

En 1846, les époux séparés se revirent une fois, puis, l'année suivante, lors du mariage de Solange, le
baron vint à Nohant, et sa présence durant quelques heures jeta un froid. Il ne mourut qu'en 1871, après

avoir intenté un procès à ses enfants. Sa vie s'était partagée entre l'ivrognerie et la cupidité.

CHAPITRE XVIII. L'ÉPOQUE DE MAUPRAT

Ni les tourments du coeur ni les tracas de justice n'avaient interrompu la production littéraire de George
Sand. Elle travaillait chaque jour, ou plutôt chaque après-midi et chaque nuit, avec une régularité

automatique. Le graveur Manceau, qui vécut longtemps dans son intimité et qui l'expliquait un peu

comme un montreur de phénomènes, si nous en croyons le Journal des Goncourt, donnait d'elle

cette définition: «C'est égal qu'on la dérange. Supposez que vous ayez un robinet ouvert chez vous, on

entre, vous le fermez: c'est madame Sand.» Rien ne la pouvait distraire de sa besogne quotidienne. Bonne

ou médiocre, la copie qu'elle devait fournir prenait le chemin de l'éditeur. Ainsi, en 1836-1837, deux

oeuvres fort inégales: Simon et Mauprat. «Le roman de Simon, dit George Sand

dans la notice, n'est pas, je crois, des mieux conduits, mais j'en avais connu les types, en plusieurs

exemplaires dans la réalité.» De vrai, toute cette intrigue de l'avocat Simon, épousant Fiamma Faliero,

fille de la comtesse, mais non pas du comte de Fougères, sous les auspices de maître Parquet et de sa fille

Bonne, est fort ennuyeuse. Or Simon, fils de la modeste paysanne Jeanne Féline et neveu d'un abbé

républicain, c'est l'image de Michel (de Bourges). George Sand, alors en pleine ferveur d'enthousiasme

pour son défenseur, a peint ce portrait avec sollicitude: «Simon portait au dedans de lui-même la lèpre

qui consume les âmes actives lorsque leur destinée ne répond pas à leurs facultés. Il était ambitieux. Il se

sentait à l'étroit dans la vie et ne savait vers quelle issue s'envoler. Ce qu'il avait souhaité d'être ne lui

semblait plus, maintenant qu'il avait mis les deux pieds sur cet échelon, qu'une conquête dérisoire

hasardée sur le champ de l'infini. Simple paysan, il avait désiré une profession éclairée; avocat, il rêvait

les succès parlementaires de la politique, sans savoir encore s'il aurait assez de talent oratoire pour

défendre la propriété d'une haie ou d'un sillon... Cette maladie de l'âme est commune aujourd'hui à tous

les jeunes gens qui abandonnent la position de leur famille pour en conquérir une plus élevée... Il

souffrait, mais non pas comme la plupart de ceux qui se lamentent de leur impuissance; il subissait en

silence le mal des grandes âmes. Il sentait se former en lui un géant, et sa frêle jeunesse pliait sous le

poids de cet autre lui-même qui grondait dans son sein.» Simon, roman démocratique, est dédié

en ces termes à la comtesse d'Agoult, aristocrate de naissance, républicaine de sentiment:

«Mystérieuse amie, soyez la patronne de ce pauvre petit conte.

«Patricienne, excusez les antipathies du conteur rustique.

«Madame, ne dites à personne que vous êtes sa soeur.

«Coeur trois fois noble, descendez jusqu'à lui et rendez-le fier.

«Comtesse, soyez pardonnée.

< page précédente | 135 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.