bibliotheq.net - littérature française
 

Alain-Fournier - Le Grand Meaulnes

Florentin salua:

"François! cria-t-il de sa forte voix de marchand forain, comme s'il y avait eu entre nous une rivière ou
plusieurs hectares de terrain, je viens d'organiser un après-midi de plaisir au bord du Cher pour jeudi

prochain. Les uns chasseront, les autres pêcheront, les autres danseront, les autres se baigneront!...

Mademoiselle, vous viendrez à cheval; c'est entendu avec monsieur de Galais. J'ai tout arrangé...

"Et, François! ajouta-t-il comme s'il y eût seulement pensé, tu pourras amener ton ami, monsieur
Meaulnes... C'est bien Meaulnes qu'il s'appelle?"

Mlle de Galais s'était levée, soudain devenue très pâle. Et, à ce moment précis, je me rappelai que
Meaulnes, autrefois, dans le Domaine singulier, près de l'étang, lui avait dit son nom...

Lorsqu'elle me tendit la main, pour partir, il y avait entre nous, plus clairement que si nous avions dit
beaucoup de paroles, une entente secrète que la mort seule devait briser et une amitié plus pathétique

qu'un grand amour.

... A quatre heures, le lendemain matin, Firmin frappait à la porte de la petite chambre que j'habitais dans
la cour aux pintades. Il faisait nuit encore et j'eus grand'peine à retrouver mes affaires sur la table

encombrée de chandeliers de cuivre et de statuettes de bons saints toutes neuves, choisies au magasin

pour meubler mon logis la veille de mon arrivée. Dans la cour, j'entendais Firmin gonfler ma bicyclette,

et ma tante dans la cuisine souffler le feu. Le soleil se levait à peine lorsque je partis. Mais ma journée

devait être longue: j'allais d'abord déjeuner à Sainte-Agathe pour expliquer mon absence prolongée et,

poursuivant ma course, je devais arriver avant le soir à la Ferté-d'Angillon, chez mon ami Augustin

Meaulnes.

CHAPITRE III. Une apparition.

Je n'avais jamais fait de longue course à bicyclette. Celle-ci était la première. Mais, depuis longtemps,
malgré mon mauvais genou, en cachette, Jasmin m'avait appris à monter. Si déjà pour un jeune homme

ordinaire la bicyclette est un instrument bien amusant, que ne devait-elle pas sembler à un pauvre garçon

comme moi, qui naguère encore traînais misérablement la jambe, trempé de sueur, dès le quatrième

kilomètre!... Du haut des côtes, descendre et s'enfoncer dans le creux des paysages; découvrir comme à

coups d'ailes les lointains de la route qui s'écartent et fleurissent à votre approche, traverser un village

dans l'espace d'un instant et l'emporter tout entier d'un coup d'oeil... En rêve seulement j'avais connu

jusque-là course aussi charmante, aussi légère. Les côtes mêmes me trouvaient plein d'entrain. Car c'était,

il faut le dire, le chemin du pays de Meaulnes que je buvais ainsi...

"Un peu avant l'entrée du bourg, me disait Meaulnes, lorsque jadis il décrivait son village, on voit une
grande roue à palettes que le vent fait tourner..." Il ne savait pas à quoi elle servait, ou peut-être

feignait-il de n'en rien savoir pour piquer ma curiosité davantage.

Cest seulement au déclin de cette journée de fin d'août que j'aperçus, tournant au vent dans une immense
prairie, la grande roue qui devait monter l'eau pour une métairie voisine. Derrière les peupliers du pré se

découvraient déjà les premiers faubourgs. A mesure que je suivais le grand détour que faisait la route

pour contourner le ruisseau, le paysage s'épanouissait et s'ouvrait... Arrivé sur le pont, je découvris enfin

la grand'rue du village.

Des vaches paissaient, cachées dans les roseaux de la prairie et j'entendais leurs cloches, tandis que,

< page précédente | 76 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.