bibliotheq.net - littérature française
 

Alain-Fournier - Le Grand Meaulnes

Dix traces de voitures s'embrouillaient sur la place, puis s'effaçaient sur la route dure. Il fallut rester là,
inertes.

Et tandis que nous revenions, à travers le village où la matinée du jeudi commençait, quatre gendarmes à
cheval, avertis par Delouche la veille au soir, débouchèrent au galop sur la place et s'éparpillèrent à

travers les rues pour garder toutes les issues, comme des dragons qui font la reconnaissance d'un village...

Mais il était trop tard. Ganache, le voleur de poulets, avait fuit avec son compagnon. Les gendarmes ne

retrouvèrent personne, ni lui, ni ceux-là qui chargeaient dans des voitures les chapons qu'il étranglait.

Prévenu à temps par le mot imprudent de Jasmin, Frantz avait dû comprendre soudain de quel métier son

compagnon et lui vivaient, quand la caisse de la roulotte était vide; plein de honte et de fureur, il avait

arrêté aussi-tôt un intinéraire et décidé de prendre du champ avant l'arrivée des gendarmes. Mais, ne

craignant plus désormais qu'on tentât de le ramener au domaine de son père, il avait voulu se montrer à

nous sans bandage, avant de disparaître.

Un seul point resta toujours obscur: comment Ganache avait-il pu à la fois dévaliser les basses-cours et
quérir la bonne soeur pour la fièvre de son ami? Mais n'était-ce pas là toute l'histoire du pauvre diable?

Voleur et chemineau d'un côté, bonne créature de l'autre...

CHAPITRE IX. A la recherche du sentier perdu.

Comme nous rentrions, le soleil dissipait la légère brume du matin; les ménagères sur le seuil des
maisons secouaient leurs tapis ou bavardaient; et, dans les champs et les bois, aux portes du bourg,

commençait la plus radieuse matinée de printemps qui soit restée dans ma mémoire.

Tous les grands élèves du cours devaient arriver vers huit heures, ce jeudi-là, pour préparer, durant la
matinée, les uns le Certificat d'Etudes Supérieurs, les autres le concours de l'Ecole Normale. Lorsque

nous arrivâmes tous les deux. Meaulnes plein d'un regret et d'une agitation qui ne lui permettaient pas de

rester immobile, moi très abattu, l'école était ivde... Un rayon de frais soleil glissait sur la poussière d'un

banc vermoulu, et sur le vernis écaillé d'un planisphère.

Comment rester là, devant un livre, à ruminer notre déception, tandis que tout nous appelait au-dehors:
les poursuites des oiseaux dans les branches près des fenêtres, la fuite des autres élèves vers les prés et

les bois, et surtout le fiévreux désir d'essayer au plus vite l'itinéraire incomplet vérifié par le bohémien -

dernière ressource de notre sac presque vide, dernière clef du trousseau, après avoir essayé toutes les

autres?... Cela était au-dessus de nos forces! Meaulnes marchait de long en large, allait auprès des

fenêtres, regardait dans le jardin, puis revenait et regardait vers le bourg, comme s'il eût attendu

quelqu'un qui ne viendrait certainement pas.

"J'ai l'idée, me dit-il enfin, j'ai l'idée que ce n'est peut-être pas aussi loin que nous l'imaginions... Frantz a
supprimé sur mon plan toute une portion de la route que j'avais indiquée. Cela veut dire, peut-être, que la

jument a fait, pendant mon sommeil, un long détour inutile..."

J'étais à moitié assis sur le coin d'une grande table, un pied par terre, l'autre ballant, l'air découragé et
désoeuvré, la tête basse.

"Pourtant, dis-je, au retour, dans la berline, ton voyage a duré toute la nuit.

- Nous étions partis à minuit, répondit-il vivement. On m'a déposé à quatre heures du matin, à environ six
kilomètres à l'ouest de Sainte-Agathe, tandis que j'étais parti par la route de La Gare à l'est. Il faut donc

< page précédente | 59 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.