bibliotheq.net - littérature française
 

Alain-Fournier - Le Grand Meaulnes

avait-il fait ce mouvement et poussé ce cri, que le jeune homme rentrait dans la roulotte, après nous avoir
jeté un coup d'oeil d'entente et nous avoir souri, avec une vague tristesse, comme il souriait d'ordinaire.

"Et l'autre! disait Meaulnes avec fièvre, comment ne l'ai-je pas reconnu tout de suite! C'est le pierrot de la
fête, là-bas..."

Et il descendit les gradins pour aller vers lui. Mais déjà Ganache avait coupé toutes les communications
avec la piste; un à un il éteignait les quatre quinquets du cirque, et nous étions obligés de suivre la foule

qui s'écoulait très lentement, canalisée entre les bancs parallèles, dans l'ombre où nous piétinions

d'impatience.

Dès qu'il fut dehors enfin, le grand Meaulnes se précipita vers la roulotte, escalada le marchepied, frappa
à la porte, mais tout était clos déjà. Déjà sans doute, dans la voiture à rideaux, comme dans celle du

poney, de la chèvre et des oiseaux savants, tout le monde était rentré et commençait à dormir.

CHAPITRE VIII. Les gendarmes!

Il nous fallut rejoindre la troupe de messieurs et de dames qui revenaient vers le Cours Superieur, par les
rues obscures. Cette fois nous comprenions tout. Cette grande silhouette blanche que Meaulnes avait vue,

le dernier soir de la fête, filer entre les arbres, c'était Ganache, qui avait recueilli le fiancé désespéré et

s'était enfui avec lui. L'autre avait accepté cette existence sauvage, pleine de risques, de jeux et

d'aventures. Il lui avait semblé recommencer son enfance...

Frantz de Galais nous avait jusqu'ici caché son nom et il avait feint d'ignorer le chemin du Domaine, par
peur sans doute d'être forcé de rentrer chez ses parents; mais pourqoui, ce soir-là, lui avait-il plu soudain

de se faire connaître à nous et de nous laisser deviner la vérité tout entière?...

Que de projets le grand Meaulnes ne fit-il pas, tandis que la troupe des spectateurs s'écoulait lentement à
travers le bourg. Il décida que, dès le lendemain matin, qui était un jeudi, il irait trouver Frantz. Et, tous

les deux, ils partiraient pour là-bas! Quel voyage sur la route mouillée! Frantz expliquerait tout; tout

s'arrangeait, et la merveilleuse aventure allait reprendre là où elle s'était interrompue...

Quant à moi je marchais dans l'obscurité avec un gonflement de coeur indéfinissable. Tout se mêlait pour
contribuer à ma joie, depuis le faible plaisir que donnait l'attente du jeudi jusqu'à la très grande

découverte que nous venions de faire, jusqu'à la très grande chance qui nous était échue. Et je me

souviens que, dans ma soudaine générosité de coeur, je m'approchai de la plus laide des filles du notaire à

qui l'on m'imposait parfois le supplice d'offrir mon bras, et spontanément je lui donnai la main.

Amers souvenirs! Vains espoirs écrasés!

Le lendemain, dès huit heures, lorsque nous débouchâmes tous les deux sur la place de l'église, avec nos
souliers bien cirés, nos plaques de ceinturons bien astiguées et nos casquettes neuves, Meaulnes, qui

jusque-là se retenait de sourire en me regardant, poussa un cri et s'élança vers la place vide... Sur

l'emplacementde la baraque et des voitures, il n'y avait plus qu'un pot cassé et des chiffons. Les

bohémiens étaient partis...

Un petit vent qui nous parut glacé soufflait. Il me semblait qu'à chaque pas nous allions buter sur le sol
caillouteux et dur de la place et que nous allions tomber. Meaulnes, affolé, fit deux fois le mouvement de

s'élancer, d'abord sur la route du Vieux-Nancay, puis sur la route de Saint-Loup-des-Bois. Il mit sa main

au-dessus de ses yeux, espérant un unstant que nos gens venaient seulement de partir. Mais que faire?

< page précédente | 58 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.