bibliotheq.net - littérature française
 

Alain-Fournier - Le Grand Meaulnes

C'était la fin de la bougie, dont la flamme vacilla, rampa une seconde et s'éteignit. Meaulnes rentra dans
sa propre chambre et ferma la porte. Malgré l'obscurité, il reconnut chacune des choses qu'il avait

rangées en plein jour, en plein bonheur, quelques heures auparavant. Pièce par pièce, fidèle, il retrouva

tout son vieux vêtement misérable, depuis ses godillots jusqu'à sa grossière ceinture à boucle de cuivre. Il

se déshabilla et se rhabilla vivement, mais, distraitement, déposa sur une chaise ses habits d'emprunt, se

trompant de gilet.

Sous les fenêtres, dans la cour aux voitures, un remue-ménage avait commencé. On tirait, on appelait, on
poussait, chacun voulant défaire sa voiture de l'inextricable fouillis où elle était prise. De temps en temps

un homme grimpait sur le siège d'une charrette, sur la bâche d'une grande carriole et faisait tourner sa

lanterne. La lueur du falot venait frapper la fenêtre: un instant, autour de Meaulnes, la chambre

maintenant familière, où toutes choses avaient été pour lui si amicales, palpitait, revivait... Et c'est ainsi

qu'il quitta, refermant soigneusement la porte, ce mystérieux endroit qu'il ne devait sans doute jamais

revoir.

CHAPITRE XVII. La fête étrange (fin).

Déjà, dans la nuit, une file de voitures roulait lentement vers la grille du bois. En tête, un homme revêtu
d'une peau de chèvre, une lanterne à la main, conduisait par la bride le cheval du premier attelage.

Meaulnes avait hâte de trouver quelqu'un qui voulût bien se charger de lui. Il avait hâte de partir. Il
appréhendrait, au fond du coeur, de se trouver soudain seul dans le Domaine, et que sa supercherie fût

découverte.

Lorsqu'il arriva devant le bâtiment principal les conducteurs équilibraient la charge des dernières
voitures. On faisait lever tous les voyageurs pour rapprocher ou reculer les sièges, et les jeunes filles

enveloppées dans des fichus se levaient avec embarras, les couvertures tombaient à leurs pieds et l'on

voyait les figures inquiètes de celles qui baissaient leur tête du côté des falots.

Dans un de ces voituriers, Meaulnes reconnut le jeune paysan qui tout à l'heure avait offert de l'emmener:

"Puis-je monter? lui cria-t-il.

- Où vas-tu, mon garçon? répondit l'autre qui ne le reconnaissait plus.

- Du côté de Sainte-Agathe.

- Alors il faut demander une place à Maritain" Et voilà le grand écolier cherchant parmi les voyageurs
attardés ce Maritain inconnu. On le lui indiqua parmi les buveurs qui chantaient dans la cuisine.

"C'est un 'amusard', lui dit-on. Il sera encore là à trois heures du matin".

Meaulnes songea un instant à la jeune fille inquiète, pleine de fièvre et de chagrin, qui entendrait chanter
dans le Domaine, jusqu'au milieu de la nuit, ces paysans avinés. Dans quelle chambre était-elle? Où était

sa fenêtre, parmi ces bâtiments mystérieux? Mais rien ne servirait à l'écolier de s'attarder. Il fallut partir.

Une fois rentré à Sainte-Agathe, tout deviendrait plus clair; il cesserait d'être un écolier évadé; de

nouveau il pourrait songer à la jeune châtelaine.

Une à une, les voitures s'en allaient; les roues grinçaient sur le sable de la grande allée. Et, dans la nuit,
on les voyait tourner et disparaître, chargées de femmes emmitouflées, d'enfants dans des fichus, qui déjà

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.