bibliotheq.net - littérature française
 

Alain-Fournier - Le Grand Meaulnes

du feu, ne disaient rien, ne faisaient rien, mais ils écoutaient au loin, dans l'immense demeure, la rumeur
de la fête.

Une porte de cette salle à manger était grande ouverte. On entendait dans la pièce attenante jouer du
piano. Meaulnes avança curieusement la tête. C'était une sorte de petit salon-parloir; une femme ou une

jeune fille, un grand manteau marron jeté sur ses épaules, tournait le dos, jouant très doucement des airs

de rondes ou de chansonnettes. Sur le divan, tout à côté, six ou sept petits garçons et petites filles rangés

comme sur une image, sages comme le sont les enfants lorsqu'il se fait tard, écoutaient. De temps en

temps seulement, l'un d'eux, arc-bouté sur les poignets, se soulevait, glissait à terre et passait dans la salle

à manger: un de ceux qui avaient fini de regarder les images venait prendre sa place.

Après cette fête où tout était charmant, mais fiévrieux et fou, où lui-même avait si follement poursuivi le
grand pierrot, Meaulnes se trouvait là plongé dans le bonheur le plus calme du monde.

Sans bruit, tandis que la jeune fille continuait à jouer, il retourna s'asseoir dans la salle à manger, et,
ouvrant un des gros livres rouges épars sur la table, il commença distraitement à lire.

Presque aussitôt un des petits qui étaient par terre s'approcha, se pendit à son bras et grimpa sur son
genou pour regarder en même temps que lui; un autre en fit autant de l'autre côté. Alors ce fut un rêve

comme son rêve de jadis. Il put imaginer longuement qu'il était dans sa propre maison, marié, un beau

soir, et que cet être charmant et inconnu qui jouait du piano, près de lui, c'était sa femme...

CHAPITRE XV. La rencontre.

Le lendemain matin, Meaulnes fut prêt un des premiers. Comme on le lui avait conseillé, il revêtit un
simple costume noir, de mode passée, une jaquette serrée à la taille avec des manches bouffant aux

épaules, un gilet croisé, un patalon élargi du bas jusqu'à cacher ses fines chaussures, et un chapeau haut

de forme.

La cour était déserte encore lorsqu'il descendit. Il fit quelques pas et se trouva comme transporté dans une
journée de printemps. Ce fut en effet le matin le plus doux de cet hiver-là. Il faisait du soleil comme aux

premiers jorus d'avril. Le givre fondait et l'herbe mouillée brillait comme humectée de rosée. Dans les

abres, plusiers petits oiseaux chantaient et de temps à autre une brise tiédie coulait sur le visage du

promeneur.

Il fit comme les invités qui se sont éveillés avant le maître de la maison. Il sortit dans la cour du
Domaine, pensant à chaque instant qu'une voix cordiale et joyeuse allait crier derrière lui:

"Déjà réveillé, Augustin?..."

Mais il se promena longtemps seul à travers le jardin et la cour. Là-bas, dans le bâtiment principal, rien
ne remuait, ni aux fenêtres, ni à la tourelle. On avait ouvert déjà, cependant, les deux battants de la ronde

porte de bois. Et, dans une des fenêtres du haut, un rayon de soleil donnait, comme en été, aux premières

heures du matin.

Meaulnes, pour la première fois, regardait en plein jour l'intérieur de la propriété. Les vestiges d'un mur
séparaient le jardin délabré de la cour, où l'on avait, depuis peu, versé du sable et passé le râteau. A

l'extrémité des dépendances qu'il habitait, c'étaient des écuries bâties dans un amusant désordre, qui

multipliait les recoins garnis d'arbrisseaux fous et de vigne vierge. Jusque sur le Domaine déferlaient des

bois de sapins qui le cachaient à tout le pays plat, sauf vers l'est, où l'on apercevait des collines bleues

< page précédente | 33 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.