bibliotheq.net - littérature française
 

Adolphe Thiers - Histoire de la Révolution française, 9

l'Autriche. Les préliminaires de Léoben avaient été approuvés à Paris et à Vienne; l'échange des
ratifications avait été fait entre Bonaparte et M. de Gallo, et on attendait incessamment l'ouverture des

conférences pour la paix définitive. Bonaparte à Milan, simple général de la république, était plus

influent que tous les potentats de l'Europe. Des courriers arrivant et partant sans cesse, annonçaient que

c'était là que les destinées du monde venaient aboutir. Les Italiens enthousiastes attendaient des heures

entières pour voir le général sortir du palais Serbelloni. De jeunes et belles femmes entouraient madame

Bonaparte, et lui composaient une cour brillante. Déjà commençait cette existence extraordinaire qui a

ébloui et dominé le monde.

CHAPITRE IX.

SITUATION EMBARRASSANTE DE L'ANGLETERRE APRÈS LES PRÉLIMINAIRES DE PAIX
AVEC L'AUTRICHE; NOUVELLES PROPOSITIONS DE PAIX; CONFÉRENCES DE LILLE. -

ÉLECTIONS DE L'AN V. - PROGRÈS DE LA RÉACTION CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE. -

LUTTE DES CONSEILS AVEC LE DIRECTOIRE. - ÉLECTION DE BARTHÉLEMY AU

DIRECTOIRE, EN REMPLACEMENT DE LETOURNEUR, DIRECTEUR SORTANT. -

NOUVEAUX DÉTAILS SUR LES FINANCES DE L'AN V. - MODIFICATIONS DANS LEUR

ADMINISTRATION PROPOSÉES PAR L'OPPOSITION. - RENTRÉE DES PRÊTRES ET DES

ÉMIGRÉS. - INTRIGUES ET COMPLOT DE LA FACTION ROYALISTE. - DIVISION ET FORCES

DES PARTIS. - DISPOSITIONS POLITIQUES DES ARMÉES.

La conduite de Bonaparte à l'égard de Venise était hardie, mais renfermée néanmoins dans la limite des
lois. Il avait motivé le manifeste de Palma-Nova sur la nécessité de repousser les hostilités commencées;

et avant que les hostilités se changeassent en une guerre déclarée, il avait conclu un traité qui dispensait

le directoire de soumettre la déclaration de guerre aux deux conseils. De cette manière, la république de

Venise avait été attaquée, détruite et effacée de l'Europe, sans que le général eût presque consulté le

directoire, et le directoire les conseils. Il ne restait plus qu'à notifier le traité. Gênes avait de même été

révolutionnée, sans que le gouvernement parût consulté; et tous ces faits, qu'on attribuait au général

Bonaparte beaucoup plus qu'ils ne lui appartenaient réellement, donnaient de sa puissance en Italie, et du

pouvoir qu'il s'arrogeait, une idée extraordinaire. Le directoire jugeait en effet que le général Bonaparte

avait tranché beaucoup de questions; cependant il ne pouvait lui reprocher d'avoir outre-passé

matériellement ses pouvoirs; il était obligé de reconnaître l'utilité et l'à-propos de toutes ses opérations, et

il n'aurait pas osé désapprouver un général victorieux, et revêtu d'une si grande autorité sur les esprits.

L'ambassadeur de Venise à Paris, M. Quirini, avait employé tous les moyens possibles auprès du

directoire pour gagner des voix en faveur de sa patrie. Il se servit d'un Dalmate, intrigant adroit, qui

s'était lié avec Barras, pour gagner ce directeur. Il paraît qu'une somme de 600,000 francs en billets fut

donnée, à la condition de défendre Venise dans le directoire. Mais Bonaparte, instruit de l'intrigue, la

dénonça. Venise ne fut pas sauvée, et le paiement des billets fut refusé. Ces faits, connus du directoire, y

amenèrent des explications, et même un commencement d'instruction; mais on finit par les étouffer. La

conduite de Bonaparte en Italie fut approuvée, et les premiers jours qui suivirent la nouvelle des

préliminaires de Léoben furent consacrés à la joie la plus vive. Les ennemis de la révolution et du

directoire, qui avaient tant invoqué la paix, pour avoir un prétexte d'accuser le gouvernement, furent très

fâchés au fond d'en voir signer les préliminaires. Les républicains furent au comble de leur joie. Ils

auraient désiré sans doute l'entier affranchissement de l'Italie; mais ils étaient charmés de voir la

république reconnue par l'empereur, et en quelque sorte consacrée par lui. La grande masse de la

population se réjouissait de voir finir les horreurs de la guerre, et s'attendait à une réduction dans les

charges publiques. La séance où les conseils reçurent la notification des préliminaires fut une scène

< page précédente | 44 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.